Faire un séchoir solaire : Partie 2 sur 2

Je suis donc parti sur un séchoir compact à ventilation forcée. Je me base sur les plans dispo dans l’article précédent.

L’idée est d’utiliser un maximum de matériaux naturels, sans colle (émettrice de formaldéhyde) et autres produits chimiques. La structure extérieure est faite en tablette de pin de 18mm d’épaisseur.
IMG_20150928_172839On assemble le cadre avec des vis. Il faut bien prendre soin de faire des coupes à 45° sur les bords qui vont recevoir la fenêtre. Présentez la fenêtre sur le cadre, mais ne la fixez pas tout de suite.

Ensuite, on isole avec des panneaux de fibre de coton (ou fibre de bois) de 5cm d’épaisseur. J’ai fait des cadres en tasseau pour contenir l’isolant. On recouvre l’isolant d’un bout d’OSB de 15mm d’épaisseur (OSB avec colle naturelle, sans formaldéhyde).

On fait de même avec les autres faces.

On arrive alors à ça :

IMG_20151005_184402

Là j’ai du attendre quelques jours, le temps de recevoir le ventilateur et le panneau photovoltaïque. J’ai choisi ce ventilateur là (Arctic F12 – 120mm) pour aller avec ce panneau de 1W. Il faut bien sur veiller à ce que le ventilateur puisse tourner avec la tension et l’intensité fournie par le panneau. Le panneau que j’ai reçu fourni 0,14A à 8V, soit 1,1W en plein soleil. C’est parfait pour le ventilateur.

On monte la porte sur deux gonds qu’il faut incruster dans le dormant à l’aide d’un ciseau à bois. Les tasseaux sur la porte servent à rendre le caisson plus étanche en position fermée.

Remarque : J’aurai pu également isolé la porte, mais je n’ai pas acheté assez d’isolant, ce sera pour une prochaine 🙂

Vient ensuite la découpe et la fixation de la tole en acier galvanisé (que j’ai du peindre avec de la peinture noire en bombe que j’avais sous la main, c’est pas terrible en émission de COV mais bon…). La tole repose sur deux gros tasseaux.

On peut fixer les tasseaux qui vont recevoir les claies (cadres ou on pose les aliments à faire sécher). Voilà la méthode que j’ai retenue pour fixer les tasseaux :

Pour les claies, j’ai utilisé du tule acheté dans un magasin de tissus. Les cadres sont composés de tasseaux de 13x27mm mis en superposition.

Et voilà ce que ça donne avec les premiers cadres et le panneau phtovoltaique sur le toit !

J’ai fixé 4 roulettes assez costaud pour pouvoir le déplacer et l’orienter facilement.

 ==== > LES PREMIERS RÉSULTATS !

Premiers essais très concluants :

IMG_20151015_122633

Alors qu’il fait 16°C dehors à midi (mois d’octobre), l’intérieur du séchoir monte à 29°C avec le ventilateur à fond.

Le ventilateur se met en route dès les premiers rayons du soleil. Il fonctionne même lorsque le temps est nuageux (le capteur fourni quasiment 1W même avec du rayonnement diffus).

On a fait sécher de la menthe, des chanterelles, de l’origan … Le séchoir est laissé en permanence dehors (sous la pluie, la nuit, etc). Le bois est recouvert d’huile de lin pour le protéger de l’usure du temps. Le temps de séchage est d’environ 3 jours (ensoleillés), sachant que nous sommes en octobre et que nous habitons dans un endroit, certes avec du soleil, mais très humide (Alpes Maritimes, à 20 km de la cote, entourés de forêts).

IMG_20151029_160332

Les chanterelles sèchent à côté de l’origan, ça sent bon !

Voilà, le séchoir est fonctionnel et bien performant. Il reste encore des petites choses à améliorer (boucher les ouvertures la nuit pour ne pas faire rentrer trop d’humidité, renforcer l’étanchéité à l’air, etc), mais je suis content du résultat.

Je mettrai bientôt les photos des aliments séchés.
A bientôt !

Advertisements

19 réflexions sur “Faire un séchoir solaire : Partie 2 sur 2

  1. bravo déshydratation assurée j’aurais personnellement fixé le ventilo en partie haute l’air chaud monte de plus la circulation entrée en partie basse sortie en partie haute assure une meilleure ventilation mais je présume que tu as bossé la question !!!!!
    très bien on attend le résultat en photos

    J'aime

  2. La jurisprudence européenne C89456 relative aux produits alimentaires ne vous permet pas de sécher des aliments à plus de 27 degrés à moins d’en référer au comité ministériel des raisins secs.

    Une dérogation existe cependant pour les détenteurs d’un passeport orange (délivré par l’Association des Séchoir Solidaires Azuréens)

    J'aime

    • Excellente analyse à laquelle je souscris bien évidemment !

      Cependant, j’attire votre attention sur le fait qu’en cas de passage à une sixième république, ou dans le cadre de la mise en place d’une démocratie réelle avec des représentants du peuple tirés au sort, la directive européenne précédemment citée pourrait devenir caduque !

      Aimé par 1 personne

  3. Pingback: Faire un séchoir solaire : Partie 1 sur 2 | creactiviste

  4. Question : la peinture utilisé ne represnt-elle pas un danger avec les émanations de solvants etc???
    L’utilisation de l’ardoise peu être une solution non?

    J'aime

    • Effectivement, la peinture est émettrice de COV, mais surtout dans les premiers jours. Il est préférable d’utiliser une peinture naturelle.
      Je ne conseillerai pas de l’ardoise car c’est un matériau qui a trop d’inertie, cela va avoir un impact sur la performance du séchoir, surtout en hiver.

      J'aime

  5. Bravo
    je m’attaquerai bien à la construction du mien.
    j’aurai bien aimé récupérer les dimensions du votre mais voilà je ne suis pas sous windows ni mac et donc impossible d’utiliser sketchup. Vous sereait il possible de m’envoyer les plans en JPG ou autre image ?
    merci d’avance

    J'aime

    • Bonjour,
      désolé pour la réponse tardive ! La connexion est très simple : on relie le + du ventilateur au + du panneau solaire, et de même pour le moins. Il faut réaliser une soudure à l’étain à l’arrière du panneau solaire.

      J'aime

  6. Bonjour,

    Je suis en train de préparer la réalisation de mon séchoir solaire et le travail que vous présentez me semble le plus complet.
    Je suis en train de travailler sur les plans Sketchup (merci beaucoup !) pour l’ajuster aux dimensions qui vont me convenir (il m’en faut un plus petit), et j’aurais quelques questions :
    – sur le plan, vous avez dessiné un trou carré de 6cm pour le ventilateur, mais sur les photos on dirait un trou circulaire (scie-cloche ?). Qu’en est-il ? Y aurait-il une raison/avantage à ce trou carré de 6 cm ?
    – vous utilisez un ventilateur censé être alimenté en 12V pour un fonctionnement nominal, que vous couplez avec un panneau solaire 6V. Celui-ci va fournir 144mA maxi, au lieu des 240 recommandés. Est-ce volontaire ? Est-ce que cela fonctionne suffisamment (~700 tours/minute) ? A l’usage, avez-vous apporté des modifications, par exemple en ajoutant un second panneau solaire ?
    – je voudrais tenter un modèle en mini, afin de pouvoir le rentrer en hiver et le placer en intérieur derrière ma baie vitrée, je vais sans doute partir sur un modèle 2 fois moins haut/long mais en conservant la largeur et l’inclinaison. Prévoyez-vous des inconvénients auxquels je devrais m’attendre ?
    – d’une manière générale, après 2 saisons d’utilisation, y aurait-il des modifications/améliorations que vous souhaiteriez apporter à votre modèle ?

    Quoiqu’il en soit, merci beaucoup pour ce bel article, bien détaillé, et pour les plans !

    Peut-être pourriez-vous préciser dans le billet la surface exploitable (3m² ?) que votre séchoir procure et ce que cela représente en terme de fruits (50 pommes d’un coup, coupées en tranches ?) ?
    Egalement des exemples de durée de séchage ?

    Merci,
    Jean-François 🙂

    J'aime

    • Bonjour Jean François et merci beaucoup pour votre intérêt !
      Désolé pour la réponse tardive.
      1) Le trou pour le ventilateur, je l’ai fait sans connaissance des véritables dimensions. Il faut faire un trou carré de la bonne dimension.
      2) Voila les caractéristiques du ventilateur :
      Voltage Current
      12V DC (Norminal) 0.24A
      7V DC 0.14A
      5V DC 0.10A
      Le panneau solaire fournit 6V, 1W, c’est parfait !

      3) Améliiorations :
      – le protéger de la pluie (utilisation de plaque sous tuile ou autres) car le bois souffre de l’humidité et noircit.
      – mettre plus de vis ! Le bois travaille et il a fendu sur le dessus.
      – Sinon tout fonctionne bien, ventilateur et panneau toujours en fonctionnement ! Tomates et cerises ont séché à condition de couper en petits morceaux et d’enlever noyaux/graines.

      Merci pour vos propositions, je ferai un prochain billet résumant tout cela !

      J'aime

  7. Bonjour, bravo pour ton séchoir & merci beaucoup pour se partage monsieur creactiviste 🙂

    Je voulais me faire un séchoir solaire d’ici le printemps, je suis arrivé au même conclusion que toi par rapport au séchoir OnPeutLeFaire : http://www.onpeutlefaire.com/fichestechniques/ft-12-artisans.php#sechoir-alimentaire-solaire qui me semble pertinent tant dans sa conception que dans le peu d’espace qu’il prend. Figure toi que j’allais me lancer dans les plans « sketchup » (comme j’ai fais pour mon four solaire : http://david.mercereau.info/fabriquer-un-four-solaire-cuiseur-type-boite/ ) quand je suis tombé sur ton blog et les plans ! Et là je me suis dit trop coooooooool (dans ma tête bien sûr, mais vraiment j’étais content) !

    Je profite de ton expérience (l’article date de 2015) pour te poser quelques questions :
    1) Comment le séchoir se comporte dans le temps ? Tu le rentre à l’abri l’hiver ?
    2) Niveau ventilation : as-tu essayé de faire sécher autre chose que des plantes ? Des fruits par exemple, pour voir si la ventilation avec un ventilateur suffit… D’ailleurs est-ce que tu as dimensionné ton ventilateur par rapport au volume d’air qu’il est capable d’expulser et donc de renouveler par rapport au volume de la boîte ? Pour l’instant j’hésite à faire comme toi avec un ventilateur en bas (j’ai déjà une production photovoltaïque qui est largement excédentaire l’été) mais quand même avec une cheminé pour profiter du tirage thermique… https://fr.wikipedia.org/wiki/Tirage_thermique mais c’est peut être un excès de zèle ?
    3) As-tu compris pourquoi sur onPeutLeFaire ils mettent un tube transparent autour de la cheminée ?
    4) Est-ce que le séchage est ~uniforme ? Je pense au point le plus bas sous la vitre, je me dis que peu d’air doit y circuler… (voir le rond rouge sur mon image : https://framapic.org/eaGqpxRC4qgD/AH4ggAD1016t.jpg ) Si c’est pas le cas est-ce que tu penses pas que rajouter un ventilateur pour pousser l’air dans ce coin serait pertinent ? (flux orange sur l’image)
    5) L’écartement entre les claies c’est au doigt mouillé ou tu as trouvé des infos sur cet écartement pour un bon séchage ?
    6) N’as-tu pas eu des problèmes de sur-chauffe l’été ? Est-ce que tu as un système pour ouvrir plus ou moins l’entrée d’air ?
    7) Si c’était à refaire, qu’est-ce que tu ferais différents ? As-tu apporté des améliorations notable depuis ton article ?

    Merci beaucoup d’avance & continue de partager !!!

    Belle journée,

    David

    J'aime

    • Salut David et merci pour ton message !

      Alors je vais tacher de te répondre point par point :
      1) Avec le temps, il est clair que le bois s’abime (il noircit), surtout à cause de la pluie. Le bois travaille beaucoup, j’aurais du mettre plus de vis. En ce moment, le bois gonfle, et j’ai un peu de mal à rentrer les claies.
      2) Niveau ventilation, ça m’a l’air suffisant, on sent bien le souffle quand on passe la main derriere le ventilateur. Donc à mon avis, quand je compare ça à des bouches de ventilation de VMC, on atteint facilement les 30m3/h, soit un renouvellement de 2 vol/min en gros. J’ai fait sécher des cerises et des tomates, ça fonctionne très bien, à condition de couper en petits morceaux et de retirer les graines des tomates. Et qu’il y ait suffisament de soleil bien sur !
      3) Je ne comprend pas l’interet d’isoler le tube noir de sortie…
      4) Hmmm, je n’ai pas vraiment fait de test dans ce sens là, mais je n’ai pas constaté de différences il me semble.
      5) Au pif !
      6) En été, j’oriente le séchoir au sud-est pour avoir les rayons du matin et moins ceux de l’après-midi afin de limiter les surchauffes. Mais je monte rarement au delà de 50C
      7) Si je devais le refaire, je mettrais une protection contre la pluie (plaque sous tuile par exemple) car le bois n’apprécie pas trop.
      Je mettrais plus de vis car le bois travaille énormément et il a fendu sur le dessus (j’ai du revisser).
      Je mettrais plus de jeu entre les claies et les tasseaux, j’ai un peu de mal à rentrer les claies l’hiver.
      Les roulettes ont cassé, peut être n’étaient’elles pas assez solides. Il serait plus efficace de faire un socle qui pivote comme sur onpeutlefaire

      SInon, pas de modif, ça marche impec, le ventilo et le panneau solaire tiennent le coup.
      Bon bricolage, et quel que soit le « modele » choisi, je serai très heureux d’avoir de tes photos !
      Tristan

      J'aime

      • Et bien voilà le mien est fait : http://david.mercereau.info/fabriquer-un-sechoir-solaire/

        La différence principale entre mon séchoir et le tien c’est la position de la porte, que j’ai personnellement mis à l’arrière. Pour moi, ça simplifie la conception, dans le cas d’une ventilation mécanique (mon cas). Pour une ventilation naturelle avec cheminée, ça me semble compromis ou plus difficile (le conduit étant à l’arrière).
        J’ai prévu une « capote » en bâche histoire qu’il ne prennent pas l’eau directement pour qu’il dure plus dans le temps.
        J’ai aussi mis 2 petits panneaux en séries pour maximiser la ventilation

        Voilà voilà, merci beaucoup pour « ta bonne base » et ton retour d’expérience…

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s